logo

Les mange-debout, c'est qui ?

Un mange-debout, selon Terres équitables, ce n'est pas qu'une table haute, c'est quelqu'un qui veut prendre son alimentation en main, ne pas subir les diktats de notre société de consommation.
Etre debout, c'est être dans l'action :
produisons nous-même, partageons nos surplus, échangeons nos techniques, etc...
Etre debout, pour les producteurs professionnels, c'est vivre dignement de leur travail :
choisissons des producteurs respectueux de la nature et des humains, privilégions ceux qui nous entourent.

Alors, êtes-vous un mange-debout ?


Développer son autonomie alimentaire, ce n'est pas vivre en autarcie. Le commerce a bien-sûr toute son utilité et occupe un rôle important dans la chaine d'approvisionnement alimentaire.
Mais nous souhaitons développer un commerce plus équitable, respectueux des producteurs qui doivent vivre dignement de leur travail. C'est pourquoi depuis de nombreuses années, nous proposons un groupement d'achats de produits bios et/ou locaux.
Dans un monde où le coût des matières premières notamment alimentaires explose, il n'est pas abérrant de penser que si chacun produit une partie de son alimentation, des économies sont possibles.
Par ailleurs, le plaisir de produire, transformer et enfin manger des aliments venant de chez soi est incomparable. Le jardinier sait la dose de patience, d'attention qu'il a fallu pour obtenir son coulis de tomates...
Cette production autonome de nourriture peut se faire de mutiples façons. Notre association propose d'en favoriser le développpement dans plusieurs directions :
  • le potager, la production de légumes
  • le verger : la production d'arbres fruitiers et donc de fruits
  • le poulailler : la production d'oeufs
  • la ruche : la production de miel
  • la transformation et la conservation des récoltes

Combien de savoirs ont été perdus au fil du temps par inadvertance tout simplement mais aussi par volonté délibérée de ne pas partager ses connaissances ? C'est vrai dans bien des domaines mais notamment dans celui de la production de la nourriture qui a été bouleversée ces dernières décennies. "J'ai un pommier mais je ne sais plus le nom de la variété et il n'y a plus personne pour me le dire"
Le but n'est sans doute pas de sauver des usages jugés obsolètes mais bien de préserver des pratiques même anciennes qui ont toute leur place encore maintenant.
Depuis le tournant du siècle, de nouvelles pratiques sont apparues dans nos potagers, nos vergers. Des méthodes de conservation ou de transformation nouvelles ont vu le jour : diffusons-les pour que le maximum de gens en profitent... si elles sont pertinentes. Et pour le savoir, faisons ensemble des études comparatives avant de lancer des jugements à l'emporte-pièces.
Comment garder trace de ces expérimentations, ces rencontres, ces échanges fructueux ? C'est l'objet même de ce site où chacun pourra poser des questions, y répondre, proposer des animations, etc...